FORUM DE LA MARCHE NORDIQUE DE L' EAPE 76

eape76mn.forumactif.org


    La côte ste Catherine Panorama de Bonsecours du lundi 16 et Jeudi 19022015 et sans oublier l'histoire des lieux

    Partagez
    avatar
    Duboc Patrice

    Messages : 142
    Date d'inscription : 31/08/2014
    Age : 66
    Localisation : BOOS

    La côte ste Catherine Panorama de Bonsecours du lundi 16 et Jeudi 19022015 et sans oublier l'histoire des lieux

    Message par Duboc Patrice le Sam 21 Fév - 17:54

    Parcours sympa en partant du Bol d'Air à Bonsecours en passant par le Mont Gargan et le Panorama de la côte ste Catherine.
    Dommage le temps était au brouillard !!

    le groupe N2 du Lundi de Patrice







    le groupe N3 de Jeudi de Raphaël








    le groupe N2 de Jeudi de Patrice









    Et toutes ces marches dans un environnement emprunt d'histoire.

    Merci à Jacques du groupe de Patrice du Jeudi pour ces informations d'histoire sur la côte ste Catherine






    Petit historique concernant la petite stèle que vous avez découverte à mi parcours de l'escalier" Du Pieuré" qui date de 1310 mais fut reconstruit dans les années 1990.
    C'est l'association  du " Panorama" qui l'a installée dans les années 2000 pour indiquer l'endroit.
    " Haut lieu de Rouen (dans tous les sens du terme), la Côte sainte Catherine domine la ville à l'est de ses 140 mètres d'altitude.
    Elle a du être habitée depuis longtemps. Certains y ont vu le Ratumacos des Gaulois Véliocasses. Aucun vestige ne permet pour le moment de l'affirmer.
    Des vestiges gallo-romains y ont été vus, mais il faut attendre le milieu du moyen âge pour qu'elle rentre dans l'histoire. Ce fut tout d'abord l'installation du Prieuré Saint-Michel, puis l'abbaye de la Sainte-Trinité du Mont de Rouen. Le nom de cette dernière évolua peu à peu avant de devenir l'abbaye de Sainte-Catherine.
    Elle devint rapidement un enjeu militaire. Les sièges des XIVe et XVe siècles montrèrent que la possession de la Côte était la véritable clé de la Ville.
    Après un dernier siège mémorable qui mit aux prises Henri IV et les ligueurs, le fort fut abandonné et l'abbaye, donnée aux Chartreux , disparut.
    La côte devint un espace agricole qui fut abandonné dans la deuxième moitié du XXe siècle.
    Il fallut attendre l'action de diverses associations comme Panorama ou l'Association Côte Sainte-Catherine, ainsi que de la Ville de Rouen, pour qu'un regain d'intérêt se manifeste




    Ce prieuré dépendant de l'abbaye de Saint-Ouen est une création manifestement ancienne puisque sa possession est confirmée aux moines par le duc de Normandie Richard II.

    Situé sur un replat de la côte, il ne fit pas beaucoup parler de lui pendant son existence. On sait seulement qu'en 1140, les précieuses reliques de Saint-Romain et de Saint-Ouen qui venaient d'être restituées par l'abbé de Saint-Médard de Soissons s'arrêtèrent dans le prieuré avant de faire une entrée triomphale dans la ville.
    Il eut à souffrir des guerres. Sa position stratégique dominant la porte Martainville, l'une des plus  importantes de la ville, en faisait un enjeu pour les assaillants et un danger pour les défenseurs. Il fut mis en défense au XVe siècle, et c'est cet aspect que nous découvrons dans le Livre des Fontaines. Il souffrit particulièrement des guerres de religion : détruit par les protestants en 1562, relevé et entouré par une fortification sommaire (le fort Montgommery), il fut à nouveau détruit en 1592 et remplacé par une petite chapelle qui subsista jusqu'à la révolution. Elle fut alors vendue 2.900 livres avec les quatre acres de terre qui en dépendaient.
    Les derniers pans de murs s'effondrèrent dans les premières années du XIXe siècle. De nos jours, ses substructions sont souvent confondues avec le Monastère de Sainte-Catherine.

    L'escalier du Prieuré
    L'escalier moderne qui mène au panorama de la Côte Sainte-Catherine à un un ancêtre célèbre : celui offert en 1310 ou 1312 par Enguerrand de Marigny, le conseiller du roi Philippe le Bel alors en pleine gloire.
    Le moine bénédictin François Pommeraye écrit :

    " Ce fut au temps de cet abbé [Jean II] que Enguerrand de Marigny, (si connu dans l'histoire de France, pour avoir fourni en sa personne aux gens de Cour un exemple très remarquable de la bonne & mauvaise fortune,) entr'autres magnifiques bâtiments dont il ennoblit la Province de Normandie, fit faire à grands frais ces beaux degrezs de grande pierre dure de liais pour monter à l'Abbaye de S. Catherine, dont on a vu encore des restes de notre temps qui marquaient assez la grande libéralité de ce brave Seigneur, qui méritait une fin plus glorieuse pour couronner tant de belles actions "

    L'escalier avait été réparé en 1466 grâce aux libéralités de Jean Boursier, seigneur d'Esternay. La base de cet escalier était encore visible au milieu du XXe siècle dans la rue du Haut-Mariage. Les dernières marches ont disparu en 1998 lors de la construction d'un ensemble immobilier.
    C'est maintenant un escalier plus humble, construit avec des traverses de chemin de fer, qui permet la montée. Il a été construit en plusieurs phases. Les premières marches ont été posées par l'association panorama, les dernière, en 1999, par la Ville de Rouen.
    Il comporte actuellement 525 marches et permet une découverte saisissante des différents aspects de ce lieux unique.


      La date/heure actuelle est Mar 27 Juin - 21:09