FORUM DE LA MARCHE NORDIQUE DE L' EAPE 76

eape76mn.forumactif.org


    Presse : extrait de "Notre temps"

    Partagez
    avatar
    Duboc Patrice

    Messages : 142
    Date d'inscription : 31/08/2014
    Age : 66
    Localisation : BOOS

    Presse : extrait de "Notre temps"

    Message par Duboc Patrice le Mer 24 Déc - 15:05

    La marche nordique: sport santé n°1


    La meilleure façon de marcher, c’est encore la nôtre



    On connait la chanson: il suffit de poser un pied devant l’autre et de recommencer. Et, avec des bâtons, c’est bien plus facile! Cet accessoire vient renforcer l’attrait de cette activité reine pour le corps et l’esprit. Pas étonnant que les médecins aient fait de la marche nordique le sport santé numéro 1.

    Un sport complet, facile et accessible à tous
    Le principe de cette activité venue de Scandinavie -les skieurs de fond l’ont inventée pour poursuivre l’entraînement en l’absence de neige– est simple: il s’agit de prendre appui sur de grands bâtons et de profiter de la propulsion pour enchaîner les foulées sans se fatiguer. Prononcer les deux mots « marche nordique » devant un médecin et les réponses fusent: « Pour moi, c’est le sport le plus complet, estime le Dr Jean Michel Borys, responsable de programmes de prévention santé. Il est plus efficace encore que la marche classique car il sollicite aussi les bras, la respiration et les abdominaux. Tout le monde peut le pratiquer, seul ou en club. Il suffit de deux bâtons. Et pour les personnes qui se sentent limitées dans leurs mouvements, notamment au niveau des épaules, c’est un excellent moyen de désankyloser les articulations. » « Le bâton sécurise et favorise l’équilibre, grâce au balancier des bras, ajoute le Dr Marie Luce Fleury, médecin de Centre de thalassothérapie de Douarnenez (29)… Cela peut être utile après un pépin de santé. C’est aussi un atout pour limiter le risque d’entorse. On peut pratiquer sans limite d’âge, y compris avec une prothèse de hanche. »

    350 muscles s’activent, soit 80% de la masse musculaire
    La marche nordique ne présente pas de contre-indications médicales (exceptée une phase aiguë d’infarctus ou de maladie cardio-respiratoire). « Même trois semaines après un infarctus et avec un traitement adapté, il est tout à fait possible de démarrer », explique le Dr Luc Fauveau, réanimateur et médecin auprès de la Fédération française de la randonnée. L’activité mobilise 350 muscles, soit 80% de notre masse musculaire (dos, épaule, bras et jambes) : bien mieux que la marche classique (50%)! « L’effort étant bien réparti, le débit cardiaque n’augmente pas », explique le Pr Jean Michel Chevalier, chef de service de cardiologie de l’hôpital Robert Picquet à Bordeaux. Il rappelle que la pratique d’une activité physique fait partie du traitement en cas de problème cardiaque: si le cœur ne travaille pas, il s’encrasse.
    Sport d’endurance et d’impact, la marche nordique stimule aussi les ostéoblastes, les cellules qui synthétisent l’os, à chaque pas ou petit saut. Elle favorise également la souplesse articulaire en fabriquant de l’élastine au niveau des articulations. Bon à savoir en cas d’arthrose…

    Davantage de calories brûlées grâce aux bâtons
    Plus étonnant, il a été démontré qu’une pratique régulière réussit à faire chuter de manière significative le taux de glycémie des diabétiques. «  Cela permet de diminuer la prise de médicaments », affirme Claude Sokolowsky, président de la Ligue des diabétiques de France et lui-même diabétique. Une étude de l’université de Trento, en Italie, montre une perte de poids plus rapide chez les obèses qu’avec la marche classique et cela, sans sensation d’effort supplémentaire. L’explication est physiologique: en activant le haut du corps, grâce aux appuis qui propulsent le corps en avant, on soulage d’autant les jambes. L’effort est moins localisé, donc moins fatigant. « On brûle 25% de calories de plus avec les bâtons », chiffre Anne Gourdon, chargée de développement à la Fédération française de cardiologie, à l’origine des clubs Cœur et Santé.

    Des effets bénéfiques sur le mental et le sommeil
    La fréquence idéale pour des résultats médicaux probants est de deux ou trois séances par semaine, de préférence avec un instructeur pour démarrer. « Le mouvement n’est pas aussi évident qu’il y paraît », pointe Gérard Bernarbé, formateur. L’instructeur aide à adopter la bonne position et un rythme tonique. Il apprend aussi aux marcheurs à se réhydrater avant d’avoir soif. La pratique, en groupe, dans un cadre agréable, a un impact positif sur le mental. Les pratiquants, unanimes, soulignent les effets bénéfiques de la marche sur le sommeil. Une bonne façon de lâcher les somnifères en douceur.

    Extrait de Notre Temps de mars 2012

      La date/heure actuelle est Mer 28 Juin - 16:10