FORUM DE LA MARCHE NORDIQUE DE L' EAPE 76

eape76mn.forumactif.org


    Marche nordique et compétition Dossier du magazine Marche Nordique Magazine

    Partagez
    avatar
    Duboc Patrice

    Messages : 142
    Date d'inscription : 31/08/2014
    Age : 66
    Localisation : BOOS

    Marche nordique et compétition Dossier du magazine Marche Nordique Magazine

    Message par Duboc Patrice le Dim 5 Avr - 18:55

    Marche Nordique et compétition

    S’il existe UN sujet qui divise les passionnés de marche nordique, il s’agit bien de celui de la compétition.
    En la matière, le débat est houleux et les avis bien tranchés.

    Marche nordique de compétition, on est « pour » ou « contre », rarement les deux.

    Enquête …

    La notion de compétition en marche nordique est nouvelle en France. Pour mémoire : en 2009, le ministère de la jeunesse et des sports accorde à la Fédération Française d’Athlétisme, la délégation pour la marche nordique. A ce titre, elle se doit, entre autres, d’organiser les compétitions sportives à l’issue desquelles sont délivrés les titres internationaux, nationaux, régionaux ou départementaux.

    Marche Nordique Tour

    Il faut attendre 2013 pour voir les premières épreuves inscrites officiellement au calendrier de la FFA. Depuis septembre 2014, la discipline de « compétition » franchit un nouveau pallié.
    En effet, la FFA a lancé le « Marche Nordique Tour » (MN Tour), un challenge en plusieurs étapes organisées dans toute la France. Les clubs organisateurs des manches répondent à un cahier des charges précis. Un règlement est rédigé. En octobre prochain, les premiers championnats de France seront organisés à Notre Dame de Monts (Vendée).

    Malgré la volonté affichée par la FFA d’organiser les choses, la compétition fait débat….
    Il n’y a qu’à visualiser certaines vidéos diffusées sur internet pour comprendre. Avouons-le, le rendu visuel de la pratique compétitive peut parfois prêter à sourire …. Et même à rire.
    Entre course à pied et marche athlétique, on se demande à quoi servent les bâtons, bref … la marche nordique n’en sort pas toujours grandie.

    Evolution du règlement

    Les passionnés en sont conscients et sont les premiers à craindre que la marche nordique perde son âme. La FFA aussi prend des mesures pour améliorer les choses. Le règlement a ainsi évolué en début d’année. Il est désormais stipulé «  La main et le coude du bras d’attaque doivent passer au niveau de la fesse en fin de poussée avant d’attaquer à nouveau devant le corps »

    Ce point de règlement a pour objectif de contraindre les compétiteurs à déplier le bras et donc éviter une démarche type marche athlétique. Le contact du pied au sol doit lui s’effectuer par le talon et la course (aucun contact au sol) est bien évidemment interdite.

    Le 18 janvier 2015, l’étape du MN Tour à Villenave d’Ornon (33) était la première épreuve à mettre en pratique le nouveau règlement. « La course était très fluide. Peu de pénalités ont été distribuées. Grâce à une formation mise en place à Villenave d’Ornon la veille de l’épreuve, les juges étaient une trentaine sur le parcours. Les retours ont été très positifs. Polémiques et contestations n’ont pas animé les réseaux sociaux suite à cette manche. L’évolution du règlement est un vrai plus. Les prochaines étapes devraient également se passer en toute sérénité », témoigne Thierry Pelletier, membre du CAV, club organisateur

    Difficile à juger

    Postés à intervalles réguliers tout le long du circuit et suivant les concurrents à vélo, les juges ont la lourde tâche de vérifier le respect du règlement. C’est d’ailleurs pour faciliter leur travail que l’option des circuits en boucles a été privilégiée. La FFA organise des formations à destination des futurs juges.

    « Les sports arbitrés de manière subjective me laissent perplexe. » rétorque Jean-Michel, un marcheur nordique licencié de la FFA, par ailleurs coureur à pied mais peu attiré par la notion compétition en marche nordique.
    « Comment faire la différence entre course et marche ? Même avec la vidéo, c’est bien souvent difficile ».      

    122 à Villenave d’Ornon

    Pour autant les marcheurs nordiques se prennent au jeu du MN Tour. Ils ont été plus d’une centaine à participer à la manche de Villenave d’Ornon (33) le 18 janvier dernier.
    Certains comme Salomé Saling, licenciée à l’ASSA (67) ont traversé une bonne partie de la France pour être classés.

    La meilleure féminine de l’épreuve explique sa motivation : « j’ai découvert la marche nordique de compétition par hasard l’an dernier lors de l’épreuve chronométrée organisée par Athlé Sport à Strasbourg. Mon bon résultat m’a incitée à renouveler l’expérience. C’est pourquoi, j’ai participé à une course à Rennes puis à Villenave d’Ornon.
    Par ailleurs adepte de la course à pied, la jeune athlète avoue que lors de ses premières participations à des épreuves officielles, elle craignait d’être tentée de courir.
    « Mais finalement, une fois la technique de marche nordique acquise, l’envie de courir n’existe plus »

    En plus du MN Tour, d’autres épreuves seront chronométrées cette année.
    Une des nouveautés de l’EuroNordicWalk du Vercors sera justement l’organisation de la « Chrono.

    Qui sont les compétiteurs ?      
     
    Les adeptes des épreuves chronométrées avec classement viennent d’horizons divers.
    Certes, ils ont tous en commun le goût des défis personnels et l’esprit de compétition.
    La grande différence réside bien souvent dans la manière d’aborder l’entraînement.
    Tout dépend généralement du passé sportif des compétiteurs.

    David Deguelle, par exemple, a découvert la marche nordique par le biais du ski de fond qu’il pratiquait entre autre en participant à des épreuves de longue distance. Pour lui, la marche nordique est avant tout un sport de nature et d’espace et il a du mal à se contenter des circuits en boucles imposés par le cahier des charges de la FFA aux organisateurs des manches du MN Tour.
    En revanche, Hakim Bengoua, issu de l’athlétisme et installé en région parisienne, a l’habitude de s’entraîner en tournant sur les pistes d’athlétisme. Il n’est pas troublé par ce point de règlement.

    Beaucoup de marcheurs nordiques sont également d’anciens coureurs à pied.
    Las des blessures générées par la course à pied, ils se sont tournés vers la marche nordique.
    Mais la compétition leurs manquait et ils sont ravis désormais de pouvoir prendre part aux épreuves chronométrées.

    Un support d’entraînement

    D’autres encore utilisent uniquement la marche nordique comme support d’entraînement à une pratique compétitive différente. Ils se rapprochent en ce sens de l’origine même de l’activité.

    En effet, les skieurs de fond cherchant à maintenir leur condition physique hors période hivernale utilisaient leurs bâtons pour reproduire au plus juste le mouvement des bras.
    La marche nordique répond donc bien initialement à un objectif de préparation physique, d’entretien et de musculation.

    Juliette Bénédicto, en a fait une alliée de choix pour la préparation aux Trails.

    Quant à Emmanuel Lassale (Athlé 88), spécialiste de la marche Grand Fond, vice-champion du Monde longue distance 2014, il pratique la marche nordique à raison de 2-3 sorties hebdomadaires d’1 heure 30.

    « Ces séances sont aussi synonymes de sorties agréables car je quitte le cadre de la route pour les sentiers et chemins. J’associe le déhanchement de ma discipline aux bâtons. Ainsi, je garde l’efficacité du bas tout en me concentrant sur le haut. Les bâtons m’aident à travailler l’impulsion des bras, le dos et les pectoraux.
    Je pense un jour essayer la nordique en compétition. Cela me permettra d’allier deux passions : la marche et la nature ! Mais pour le moment, ma priorité est vraiment le grand fond en athlétique. »

    Sport santé ou de compétition ?

    Pour autant, la marche nordique est aussi et avant tout un sport de bien être. Si certains pratiquants éprouvent le besoin de se mesurer aux autres, la compétition les attire forcément, mais la très grande majorité des pratiquants reste bien éloignée des chronomètres.
    Que les allergiques à la compétition se rassurent ! La marche nordique reste avant tout synonyme de plaisir et de santé.
    Nous n’allons pas énumérer une nouvelle fois ici ses bienfaits qui séduisent un public toujours plus large. Toutes les fédérations sportives l’ont compris, et même la FFA, par le biais notamment de ses « coachs athlés-santé ».

    En conclusion :

    Sport-santé, sport de compétition : l’un empêche pas l’autre. Après tout, il en faut pour tous les goûts et la marche nordique a encore un bel avenir devant elle.

    De là à imaginer au programme des Jeux Olympiques de Paris ( ?) en 2024 ….

    …. Il n’y a qu’un pas que bon nombre de marcheurs franchiraient avec enthousiasme !


      La date/heure actuelle est Mar 22 Aoû - 18:36